Choix: Accueil / Sommaire général / 1 ère partie: les IBOZOO UU / 2° partie: Univers, Philosophie, Religion /
3° partie: Evolution / Conclusions / En savoir plus / Dictionnaire / Téléchargement /Autres lettres /

 

 

PREMIERE PARTIE

Les IBOZOO UU  

SOMMAIRE

 

DOCUMENTS: *D59 / 5 lettres reçus par Mr Villagrassa à partir du 1er Mai 1967

THEORIE DU CHAMP UNIFIE. LES IBOZOO UU. VERITABLE STRUCTURE DE L'ESPACE PHYSIQUE, LA MASSE, LES PARTICULES SUBATOMIQUES ET LA GRAVITATION.

  Au cours d'une conversation que vous avez eu avec mon frère dont je dépend : DEI 98, fils de DEI 97, vous lui demandiez des informations concernant les voyages et le concept de l'ESPACE. Le thème est complexe comme vous pourrez vous en rendre compte dans les documents que nous vous remettrons peu à peu. Bien entendu avant de vous faire une description du type de sensations que nous ressentons quand nous voyageons dans un OAWOOLEA UEWA OEMM (vaisseau lenticulaire pour les déplacements intragalactiques) . Il vaut mieux que vous ayez une idée plus exacte de notre concept de l' ESPACE.

 Vous vérifierez vous-même qu'une telle théorie diffère largement de celle qui a été élaborée par les mathématiciens de la terre. et que notre image du WAAM (notre univers, une partie des Univers) , bien que nous le considérions comme un UXGIIGIIAM (espace) pluridimensionnel qui présente dans sa structure de nombreuses courbures que nous appelons masses, ne ressemble en rien au concept d'espace tridimensionnel euclidien élaboré par les terrestres et n'est pas non plus un fidèle reflet des conceptions terrestres modernes de RIEMAN, BOLYAI ou LOBATSCEWSKY qui supposent un n-espace (ou espace pluridimensionnel) impliquant que le cosmos peut adopter la forme d'une hypersphere de courbure positive ou de courbure négative.

 Il existe pour nous ce qui est appelé ESPACE-TEMPS conçu par MINKOWSKY mais plongé dans une dimension à N dimensions.

 Quand nous vous exposerons le concept du IBOZOO UU (qui ne doit jamais être confondu avec le concept de point géométrique ou mathématiques élaboré par les mathématiciens terrestres comme une abstraction sans réalité physique) vous comprendrez mieux notre Théorie.

 Vous remarquerez que le grand contraste entre vos modèles d'espace et notre modèle réel consiste précisément dans la divergence au niveau concept de dimension ; concept qui adopte pour vous l'interprétation d'un scalaire.

 Un développement exhaustif de notre Théorie de l'Espace exigerait de nombreuses centaines de pages dactylographiées.. Nous nous limiterons donc, en quelques dizaines de feuilles, à vous décrire les éléments de base de cette conception. Pour ceux qui ne possèdent pas de formation mathématique nous utiliserons des graphiques avec une valeur simplement pédagogique.

Cela vous servira le jour où les physiciens de la Terre découvriront enfin la véritable nature de l'Univers; à ce moment là vous serez fier d'avoir en ce qui vous concerne (même à un niveau élémentaire) eu connaissance de tels concepts de nombreuses années avant.

Nous sommes certains qu'après la lecture soigneuse de nos notes, où vous comprendrez l'authentique concept du TEMPS, les concepts de DISTANCE, de MASSE, de PARTICULES ATOMIQUE, d'ENERGIE et de CHAMPS GRAVITATIONNELS, les concepts ELECTROSTATIQUE et MAGNETIQUE,. vous pourrez alors vous faire une idée du panorama qui se présente aux voyageurs de l'espace avant que nous les décrivions dans un prochain rapport. Naturellement les perceptions des voyageurs ne sont pas véritablement extraordinaires. Il ne faut pas croire qu'ils ont des visions de couleurs jamais perçues par notre rétine, ou des sensations tactiles fantastiques ou des sons hallucinants. Au contraire nos organes sensoriels continuent à coder les messages de l'extérieur avec les mêmes lois psychophysiologiques. Seules les stimulations nouvelles, issues d'autres sources d'énergie et de matière, diffèrent de celles que nous percevons habituellement. Les planètes et les Astres Chauds ne sont plus pour nous des concentrations de Masse et ils peuvent disparaître pour nos organes sensoriels.

N'oubliez pas qu'en changeant d'axe de référence, le nouvel espace tridimensionnel qui s'ouvre à nos sens est différent. Par exemple certains facteurs qui, dans le cadre de référence antérieur apparaissaient comme des concentrations d'énergie lumineuse, (en étant invertis), se présenteront comme d'immenses nuages de subparticules atomiques. Un choc avec ces nébuleuses serait fatal au vaisseau.

Jusqu'à maintenant dans les nombreux rapports et conversations, nous avions parlé des IBOZOO UU sans expliquer leur signification et en nous limitant à traduire ce phonème par "POINT PHYSIQUE". Nous avons aussi résisté à la tentation d'ajouter une argumentation mathématique plus proche de nos WUUA WAAM (mathématiques de l'espace physique ), car cela exigerait une initiation de votre part au niveau de notre UWUUA IEES (logique mathématique tétravalente) ; c'est pour ces raisons que la rigueur scientifique des concepts que nous vous exposons est irrémédiablement mis à mal.

 Ce que nous conseillons d'avantage, c'est d'éviter que les terrestres ne reproduisent leur nocive habitude de lire ce texte en une seule fois. Chaque paragraphe homogène d'une demi-page à deux pages doit toujours être assimilé avant de procéder à la lecture du suivant.

 

LE WAAM REEL ET LE WAAM (UNIVERS) "ILLUSOIRE" DES SENS.

 Il est très difficile pour l' OEMII (homme, par extension humain, par autre extension " être vivant " intelligent ) d'avoir une conscience exacte de la véritable nature du Monde Physique qui nous entoure. Apparemment les images mentales que nous nous sommes forgées de ce Milieu qui nous entoure peuvent nous suggérer d'une manière erronée qu'un tel Monde Physique est tel que nous le "voyons", "touchons" ou "sentons".

 Mais une analyse soigneuse a révélé autant aux scientifiques de UMMO qu'à ceux de la Terre, et à d'autres civilisations Galactiques (avec un certain degré de culture) que notre WAAM n'est pas comme le présentent d'ordinaire nos sens. Ainsi: les vives couleurs que nous apprécions dans un parterre de fleurs ne sont qu'une belle perception psychologique. Il n'existe pas (en dehors de nous même) une telle richesse chromatique. Seule une gamme plus ou moins froide de fréquences électromagnétiques demeure comme dernier substratum de la perception.

 L' OEMII est le seul être du WAAM qui dépasse les limites de son organisme pour comprendre le monde et il utilise l'esprit pour arriver à y parvenir par voie intellectuelle puisque les organes de nos sens corporels, les voies nerveuses et les mécanismes corticaux de synthèse et perception psychologique faussent totalement la réalité.

 Voyons par un exemple comment nos organes physiologiques "tordent" la vérité en masquant les choses avec un bel habit, sans lequel notre WAAM (univers) vu ou apprécié tel quel, se présenterait à nous comme une froide succession d'IBOZOO UU déphasé entre eux. (par la suite nous expliquerons ce concept),

 Quand vous prenez par exemple entre vos doigt un briquet, vous avez conscience que cela est LA : froid, brillant,

"Ceci" est donc LA, pressé entre le pouce et l'index... ce n'est pas une fiction : cela EXISTE". Et cependant ce briquet n'est qu'une perception ingénue

Le physicien de OYAGAA (l'astre au carré : la Terre ) pourrait vous dire en plus des choses sur ce simple briquet de poche. Il vous indiquerait par exemple que vous ne touchez pas en réalité sa surface, malgré votre évidence illusoire, puisqu'il existe de grande distances relatives entre les atomes de métal et les nuages électroniques des atomes de l'épiderme qui couvre vos doigts.

Peut-être quelque personne peu formée prétendra lui objecter timidement que si ce petit morceau de métal n'est pas en contact avec sa propre peau il est impossible qu'il tienne et alors "il tomberait par terre". Mais le scientifique terrestre lui parlera de champs de Forces, de Tenseurs, de Répulsions entre charges électriques négatives.

Il lui suggérera que la basse température du métal produit cette sensation de froid et qu'elle est la conséquence de la basse amplitude de vibration de ses molécules par rapport à celles de son épiderme.

Et il lui indiquera que cette apparence compacte de la plaque chromée est illusoire puisque les noyaux atomiques sont séparés entre eux dans la même proportion apparente que les Astres d'une Galaxie.

Un expert terrestre en optique physiologique vous dira que la brillance réelle de l'appareil est environ dix fois plus grande que la brillance apparente, mais que, quand cette lumière traverse notre oeil, le cristallin et l'humeur vitrée absorbent presque tous les photons et que seule une énergie lumineuse très réduite parvient à la rétine.

Un physiologue terrestre sourira si vous lui demandez comment arrive la lumière (de la flamme) au cortex cérébral et il vous expliquera que la lumière n'arrive jamais au neuroencéphale. Que les photons, en frappant la rétine, provoquent des impulsions codifiées qui se transmettent par les neurones du nerf optique sous forme de message électrique, sous une forme de clef, de sorte que la ressemblance entre la flamme réelle de butane et le message réel que notre cerveau reçoit à partir de la rétine, est aussi semblable que peut l'être une vache réelle qui paît dans un pré avec les lettres qui composent sa dénomination.

Et enfin un neuropsychiatre vous indiquera d'une façon très vague (car lui-même ignore bien des caractéristiques d'un tel processus) comment l'encéphale intègre les millions d'impulsions codifiées jusqu'à parvenir à les fondre et à les synthétiser en une seule perception. Perception illusoire qui est l'unique image que nous arrivons à obtenir du mystérieux briquet et de la flamme qui existent en dehors de nous.

 En effet : une telle image du briquet qui nous est si familière ressemble "autant" au véritable briquet que les lettres N-E-N-U-P-H-A-R à la plante qu'elles essaient de nommer (elles = ces lettres ndt).

 L' OEMII (l'homme) doit donc se débarrasser des schémas mentaux ingénus fixés dans son cerveau depuis son enfance, en ce qui concerne les choses, les couleurs, les sons etc... L'homme de chacun des groupes sociaux que nous connaissons, relié aux diverses OYAA (Planètes) avec lesquelles nous avons été en contact jusqu'à présent, en nous incluant, vous les OEMII de la Terre et nous les OEMII de Ummo, se sont rendus compte de cette nécessité et les scientifiques de diverses civilisations tirent au clair petit à petit les bases réelles de notre WAAM. Jusqu'à quel point y êtes vous parvenus ? Le modèle mathématique de l'Univers présenté par les physiciens de la Terre, avec sa théorie relativiste, la mécanique quantique et la mécanique statistique est-il le fidèle reflet de la vérité ? En vous présentant notre théorie du WAAM, vous pourrez juger des différences. Nous avons, nous, observé que l'OEMII (l'homme) de OYAGAA (la Terre) que vous appelez "homme de la rue" , non initié à la discipline scientifique terrestre de la physique, possède un concept très primitif de l'espace et de l'univers que nous appelons WAAM.

 Depuis qu'il est UUGEEYIE (enfant) il a été éduqué à l'idée d'accepter comme valable cette idée de l'image déformée du monde extérieur que nous offre nos sens. Comme si, étant enfant, il avait été enfermé dans une pièce nue, sans être autorisé à voir ses parents, et que ceux-ci lui auraient enseigné seulement les lettres et les syllabes d'une langue terrestre. L'enfant pourrait se créer l'illusion en contemplant les caractères typographiques, que les meubles, les animaux, les arbres et autres objets exprimés par ces graphismes, ont exactement les formes conventionnelles des lettres qui les représentent.

 L'OEMII terrestre s'imagine l'Espace comme un "continuum scalaire" dans toutes les directions. A partir de cette image de l'espace, vous avez élaboré (initié par Euclide) tout une géométrie basée sur des abstractions telles que le point, la droite, le plan. Vous avez fini par accepter que POINT, DROITE et PLAN représentent réellement, bien qu'à l'aide d'une abstraction intellectuelle, les véritables composants du WAAM.

 Ce vice originel, pas encore corrigé, est en train de vous coûter un retard considérable dans la compréhension du monde physique.

 En effet : quand vous acceptiez ingénument l'existence d'un espace Euclidien à trois dimensions des mathématiciens terrestres tels que GAUSS, RIEMANN, BOLYAI et LOBATSCHEWSKY avaient l'intuition géniale de la possibilité d'étendre les critères restreints d'Euclide en élaborant une nouvelle géométrie pour un N-Espace.

 Et bien que l'esprit d'un homme ne parvienne pas à percevoir mentalement l'image d'un corps de plus de trois dimensions, l'aide des mathématiques sauve de cet écueil intellectuel très facilement.

 Mais ces modèles mathématiques de géométries pluridimensionnelles elliptiques et hyperboliques correspondent-ils à la réalité de notre WAAM , ou bien s'agit-il seulement d'entéléchies (NdR : réalisation de l'essence de quelque chose, acte achevé de vision : emprunté à Aristote), crées par les mathématiciens ?

 L'hypothèse relativiste de l'allemand Einstein se rallie au début au critère du russe Minkowsky qui conçoit le temps comme une dimension de plus, avec l'intuition d'un espace-univers tétradimensionnel. L'OEMII terrestre a fait un pas gigantesque en rompant avec la mesquine et intuitive image d'un cosmos tridimensionnel.

 Mais, est-il alors comme cela, notre ESPACE-COSMOS (tout au moins de convenir de l'existence de deux, trois, quatre ou N dimensions).? Absolument pas : Notre image du WAAM (cosmos) c'est à dire de l'espace, diffère dans ses propres fondations de celle que vous avez élaborées. Et c'est précisément dans le concept de dimensions que la divergence commence à s'accuser gravement. Qui plus est, les contradictions que vous observez dans la physique relativistes et dans la mécanique quantique, sont produites par un vice d'origine. Ce sont les conséquences d'erreurs basiques de concepts.

 Arrivés ici, nous avons besoin d'une parenthèse pour vous offrir quelques observations.

 1- En premier lieu nous vous faisons remarquer que notre conception de l'espace, en opposition spécifique avec la conception des terriens, exige plusieurs bases mathématiques différentes des vôtres. Ne parlons pas de nos symboles mathématiques qui diffèrent car naturellement un problème aussi superficiel est facilement résolu par une transcription appropriée (conversion de la base 12 en une numération base 10) mais il ne vous sera pas facile de comprendre nos algorithmes de WUUA WAAM (mathématique de l'Espace Physique) sans suivre au préalable un cours complet d'initiation qui demanderai de nombreux mois de travail aux initiés terrestres en mathématiques.

A cela il y a une raison : quand il s'agit d'analyser les propriétés de l'espace, les postulat normaux de la logique mathématique qui vous est familière comme à nous d'ailleurs, ne nous servent pas. Comme vous le savez, la logique formelle accepte le critère que vous nommez " principe du tiers exclu " (selon lequel toute proposition est nécessairement vraie ou fausse). Dans notre WUUA WAAM (mathématique de l'Espace Physique) ce postulat doit être rejeté. On a alors recours à un type de logique multivalente que nos spécialistes appellent UUWUUA IES (logique mathématique tétravalente) selon laquelle toute proposition adoptera indistinctement quatre valeurs :

- AIOOYAA = (VERITE - VRAI)

- AIOOYEEDOO = (FAUX, ABSURDE)

- AIOOYA AMMIE  = (peut se traduire : VRAI EN DEHORS DU WAAM) (NdR : hors de nos dimensions conventionnelles)

- AIOOYAU  = (intraduisible en langage terrestre).

Même si nous n'obtenons rien avec la logique divalente terrestre, nous l'utilisons nous aussi dans notre vie quotidienne ou dans l'étude des phénomènes macrophysiques,

Nous pouvons vous offrir les concepts du WAAM. Nous y arriverons et nous nous limiterons pour cela à un système dans lequel tomberont juste aussi bien le calcul infinitésimal que le calcul intégral, la topologie, les calculs tensoriels et vectoriels, la théorie des graphes et la recherche opérationnelle, si familiers aux terriens.

Pour votre gouverne, quand nous nous verrons obligés d'utiliser quelque algorithme mathématique, nous nous efforcerons de vous le rendre familier en utilisant l'algèbre et les notations connues par vous.

 2-  Jusqu'à présent, nous n'avons dévoilé cette sorte d'information à aucun scientifique terrestre puisque les explications théoriques communiquées à différents mathématiciens et physiciens ont été orientées vers d'autres domaines de la Microphysique et de la Théorie Mathématique des réseaux.
La découverte actuelle pour une partie des scientifiques terrestres de ce concept de la physique provoquerait un progrès contraire au but recherché (parce que démesuré) qui pourrait se traduire en applications technologiques extrêmement dangereuses dans l'état actuel du Réseau Social Terrestre qui est déséquilibré.

 Finalement nous avons décidé de ne vous faire découvrir très sagement que quelques aspects de notre théorie de UXGIAM WAAM (espace physique réel) .Si un hypothétique scientifique terrestre lisait ces lignes, en bon logicien formel il refuserait d'accepter un témoignage qui, pour provenir d'OEMII extraterrestres, lui paraîtraient être le fruit de la fantaisie.

 3- Après ce que nous venons de dire, vous nous poseriez probablement une question importante : comment nous, les OEMII de UMMO, savons nous que notre conception du UXGIIGIAM WAAM (espace physique réel) est la vraie et non par exemple celle du modèle terrestre de RIENMANN ?

Nous sommes certains que notre modèle, basé sur le concept d'IBOZOO UU (nous expliquerons plus loin ce concept), est vrai puisque les résultats expérimentaux cadrent parfaitement avec ce canevas.

Le fait que nous puissions réaliser des voyages moyennant un changement du système de référence tridimensionnel qui nous permet de nous déplacer à l'intérieur de notre Galaxie avec la possibilité de modifier les phases de ce que vous appelez " particules subatomiques " (qui, comme vous le verrez, ne sont autres que les IBOZOO UU orientés de façon particulière) confirme une fois de plus notre théorie du WAAM.

Qui plus est, notre théorie coïncide (à quelque nuances près) avec les thèses élaborées par d'autres civilisations installées dans d'autres OYAA (Planètes) qui ont eu des contacts avec nous et sont dans un état avancé de leur science.
 

Page Précédente

Sommaire

Page Suivante