Choix: Accueil / Sommaire général / 1 ère partie: les IBOZOO UU / 2° partie: Univers, Philosophie, Religion /
3° partie: Evolution / Conclusions / En savoir plus / Dictionnaire / Téléchargement /Autres lettres /

 

Conclusion générale (et réflexions personnelles)  

(le 20 janvier 1998)

La lecture de ces textes amène toute une série de questions et peu de réponses à l'origine des auteurs de ces lettres. Comme nous le disions en introduction, seules des preuves indiscutables pourront lever le doute.
Il reste, à mon sens, deux hypothèses:
La première; Les auteurs, venant réellement d'Ummo, tentent d'expliquer une partie de leurs connaissances qu'ils ont l'autorisation de dévoiler, avec des mots et dans un langage qui ne sont pas les leurs (et chacun sait qu'il est parfois difficile d'exprimer des idées précises, surtout lorsqu'elles sont d'ordre technique, scientifique ou philosophique, dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle) qui plus est à des lecteurs du Moyen-Äge (nous!)
La seconde; dans les années 62/65, un groupe de scientifiques de différentes spécialités (je ne puis croire que ces lettres, ce vocabulaire créé, le travail de réflexion préalable et la vérification de la concordance des concepts et du vocabulaire au fil des lettres, pendant 25 ans, puissent être l'oeuvre d'un seul homme), des scientifiques donc, possédant un bon niveau de licence, ont monté cet "hénorme" bobard et ils l'ont poursuivi, se rencontrant de temps à autre et écrivant de nouvelles lettres pour ne pas perdre la main... Ils devraient maintenant approcher les 60 ans et il est étonnant que pas un ne se soit trahi et ait annoncé "on vous a bien eu!".
Bon, attendons encore quelques années, mais attention à une "désinformation" sous cette dernière hypothèse, si ces écrits commencent à intéresser trop de gens (n'importe qui peut annoncer: "c'était mo". Encore faudra t'il qu'il en apporte la preuve). Mais qui que soient les auteurs, ils ont eu le mérite d'apporter un point de vue "révolutionnaire" à de nombreux concepts ontologiques.
 Qu'avons nous appris à la lecture de ces trois fascicules? Nous ont t'ils apporté une réponse (sans doute partielle et pas obligatoirement la bonne) aux questions fondamentales que nous nous posons tous et que se posent les philosophes depuis plus de 2000 ans, à savoir: qui sommes nous, quelle est la finalité de notre existence?
 Soit cette lecture n'a pas modifié vos idées antérieures ; peut-on considérer que vous avez de la chance? J'envie vos certitudes.
Soit ces lettres ont joué le rôle "d'agitateurs de neurones", comme je l'avoue, c'est mon cas.
 Puis je vous faire part de ce que j'y ai compris (rien ne vous oblige à me lire!)? Mais n'oubliez pas; ce n'est que mon point de vue que je propose et il serait regrettable que de votre côté vous ne fassiez pas l'effort d'adaptation pour intégrer les idées de ces textes si elles vous ont séduites.
 J'y lis quatre "messages" principaux.
 Le message qui passe le mieux, c'est "attention, ne croyez pas que ce que vous voyez, ce que vous ressentez, ce que vous pensez et ce que vous appréhendez, soit la réalité". Non, ce n'est qu'une construction de notre cerveau, qui limité dans ses capacités (par exemple, nous ne pouvons comprendre et créer des images en plus de trois dimensions, Platon, dans la comparaison célèbre de la caverne, l'avait déjà compris), ne peut conceptualiser l'univers et tout ce qu'il contient autrement que de la manière dont nous le faisons . Les exemples ne manquent pas.
Les IBOZOO UU que j'essaye d'imaginer comme le plus petit plissement possible et orienté de l'espace, dont trois dimensions nous sont connues mais probablement 6 ou 7 autres (des angles vecteurs?) ne peuvent être appréhendées. Mais il s'agit peut-être de tout autre chose
Les univers, c'est un peu plus facile.
Il y a le nôtre, celui que nous voyons, l'univers gémellaire qui l'enserre (dans des dimensions "décalées ?" et donc invisibles) et les deux autres, également invisibles (dans des dimensions "perpendiculaires ?"), comme le sont les "nombres imaginaires" en mathématique.
Sur ces deux points, les toutes récentes théories de la physique nucléaire et de la cosmologie me semblent rejoindre les théories Ummites.
 Le second message serait beaucoup plus "religieux" bien que moi je n'aime pas beaucoup ce terme. "Nous ne sommes que des capteurs d'une entité beaucoup plus importante et intéressante que nous, mais en tant que capteurs, nous avons la possibilité (et c'est notre libre arbitre) de faire évoluer cette entité dans une direction ou dans une autre (une bonne ou une mauvaise)". Par Woa, quelle responsabilité! Responsabilité personnelle et responsabilité collective... mais n'est ce pas un message similaire que les religions, avant de devenir des structures presque étatiques, transportaient?
 Le troisième message, c'est que nous avons encore un bon bout à parcourir sur le chemin de la connaissance, même si notre orgueil nous fait penser (comme il le faisait penser aux gens du Moyen-Äge, et à ceux d'avant et à ceux d'après!) que "nous avons trouvé". Ceci hélas, en oubliant souvent que les vérités d'aujourd'hui seront (ou ne seront même pas) des toutes petites parcelles des vérités de demain.
 Le quatrième message, c'est que nous n'avons pas de chance. Pas de chance d'être sur une planète que leurs habitants eux même détruisent à petit feu. Pas de chance d'être des humains avec un cerveau si agressif que le but ultime de toute société est d'écraser ses voisins. Pas de chance de faire parti d'une des rares (en pourcentage) planète ayant subi une dérive des continents, origine de tant de races, de croyances diverses, de langues empêchant la vraie communication. Heureusement quand même, dans cet océan d'entropie existe des îlots de néguentropie qui, peut être, pourront un jour s'étendre.
 Mais si nous n'avons pas eu de chance jusqu'à présent, il s'agit de faire en sorte que cette chance tourne. Cette chance c'est peut être l'acceptation et l'intégration d'une philosophie de type ummite (adaptée à nos connaissances et à nos croyances).
 Que souhaitent-ils (les Ummites) pour nous?
Une évolution technologique dans laquelle le progrès de la connaissance ne serait pas immédiatement utilisé pour écraser, tuer ou vitrifier celui qui ne pense pas comme nous.
Une évolution de nos connaissances générales, acquises par nous même, et qui nous permette de mieux comprendre l'univers dans lequel nous vivons (l'évolution de la vie sur terre et des biotopes, par exemple) et de finir par appréhender les univers (appelons les "parallèles") qui sont d'une importance transcendantale pour l'explication de la finalité de notre existence et donc la manière de bien gérer les quelques années que nous passons ici bas.
Ce qu'ils disent avoir trouvé; la sagesse de vivre pour la société, le groupe et l'humanité et non pour soi, pour le profit et la jouissance de biens matériels souvent acquis au dépends de ceux qui n'ont déjà pas grand chose.
Il est facile de moraliser et "la critique est facile, l'art est difficile". Pardonnez moi donc. Mes doigts sur le clavier m'ont entraîné au delà des questions que je posais au début de ces pages. Alors, qui sommes nous, quelle est la finalité de notre existence?
Nous sommes, comme il est dit ici ou là, des enfants des étoiles, mais il y a tellement d'étoiles que sans doute nos frères et soeurs sont immensément nombreux. Certains vont naître, certains sont très jeunes ou certains nos aînés, d'autres peut être sont près de disparaître. Nous ne les connaissons pas encore et nous ne pourrons les rencontrer que lorsque nous nous connaîtrons un peu mieux nous même, lorsque nous deviendrons des adultes.
Nous sommes "parti" de plusieurs ensembles; de l'ensemble planétaire de notre biosphère et des vivants, de l'ensemble des planètes où existe la vie, de nôtre ensemble planétaire des âmes (esprits - consciences) et des ensembles planétaires des "univers des âmes collectives et des formes" avec lesquels notre "âme-esprit-conscience" se connectera peut être à la mort
Notre corps et notre esprit (qui pense en ce moment) ne seraient-ils pas la terne chrysalide d'un papillon multicolore qui en émergera au moment de ce que nous appelons "la mort"? Comment savoir si la mémoire d'une chenille est transmise au papillon?.. mais la réponse positive semble évidente aux yeux des Ummites
Notre finalité c'est d'être, pour nôtre "univers des âmes collectives et des formes", les meilleurs capteurs possibles. Il ne s'agit pas seulement de bien voir, de bien entendre, de bien sentir.. mais aussi de bien penser, de bien faire, de bien apprendre, de bien évoluer, car cet univers sera ce que nous en faisons. C'est à ce prix, (j'aurai, vous l'avez remarqué, une certaine tendance à croire ce qui est dit dans ces lettres), que nous pourrons un jour goûter les joies d'une connexion globale à la connaissance. Pour l'éternité?
 
A-J H
 
De nouvelles réflexions...
(le 15 juin 1998)
La conception Ummite d'un BB global pourrait ne pas s'appliquer exactement à notre planète. Les Ummites peuvent, eux aussi, faire quelques erreurs d'interprétation et ce n'est pas parcequ'ils ont affirmé certains concepts qu'il faut leur faire une entière confiance.
Leur planète, à ce qu'il disent, n'a pas subi la techtonique des plaques qui a créé chez nous plusieurs continent, donc plusieurs civilisations, races, cultures et religions (croyances) du fait d'évolutions différenciées.
J'imagine assez bien que le B.B. (esprit ou inconscient collectif) de notre planète soit à l'image de celle-ci, "formé" de différentes "cellules", chacune représentant une entité adaptée à une croyance d'un groupe humain important, contrairement à la leur qui semble être "globale". Peut être aussi, un jour ce B.B. s'unifiera dans l'émergence d'une nouvelle religion plus scientifique. Les Ummites n'avaient peut être pas, à l'époque des lettres traitant de ce sujet, intégré cette possibilité.
Notre B.B. serait donc, dans cette hypothèse, partagé en cellules; une cellule "catholique" dans laquelle par exemple, la réincarnation (de l'âme) n'est pas possible (ceci dit, jusqu'au 3° siècle, les chrétiens considéraient que l'âme se réincarnait; c'est une bulle papale, qui, pour asseoir le pouvoir temporel de l'église, a décrété la résurrection globale seulement lors du "jugement dernier". Aucune chance de "rattrapage" si vous n'avez pas vécu votre unique vie dans les préceptes de l'église...), une cellule "boudhiste", dans laquelle se retrouve la possibilité (et l'obligation?) d'une réincarnation tant que vous n'avez pas atteint la sagesse de Boudha... pour ne citer que ces deux là.
Et comme ils prétendent que cet inconscient collectif (dans cette hypothèse, il s'agit de plusieurs) agit à son tour sur les humains, l'explication des excés de certaines religions, par un effet d'amplification, devient compréhensible.
Notre seul espoir réside donc dans l'émergence, en dehors de toute structure religieuse, d'un nouvel humanisme. Car les messages "originels" des religions sont toujours les mêmes: l'amour des autres ou à défaut la compassion... Mais jamais la haine ou l'indifférence égoïste. J'ose espérer que cela deviendra "l'air du temps" du XXI° siècle, car il faut peu de choses:
- Savoir sourire et relativiser devant des comportements agressifs.
- Pardonner car la vengeance n'avance à rien, pas même à la satisfaction personnelle.
- Etre présent auprés des autres, à l'écoute, les aider quand c'est possible.
- Rechercher l'élégance plus que le luxe, l'être plutôt que l'avoir.
- Privilégier la valeur personnelle humaniste plus que la respectabilité.
- Prendre le temps de penser, parler gentiment, agir clairement.
- Regarder les étoiles et écouter les oiseaux, les bébés et les sages.

- Tout supporter avec gaité, tout faire avec courage, ne jamais se presser.
Ces "préceptes" sont de l'écrivain américain William Ellery Channing, qui ajoute: "en un mot: laisser le spirituel croître librement et l'inconscient grandir dans les petites choses de la vie quotidienne":
Toujours dans cette hypothèse, notre âme (le Buawa), pour ceux qui croient fermement à des réincarnations, serait comme un polyèdre dont chacune des faces nécessiterai d'être "informé" dans une vie terrestre, l'accés aux informations déja engrammées (celles de vies antérieures), ne pouvant se réaliser que dans certains cas trés particuliers (régression hypnotique, NDE, etc...). Cette âme, tant qu'elle n'a pas atteint son "remplissage de connaissance" ou sa sagesse, revit de nouvelles vies qui continuent à informer le B.B.
Bon, ce n'est qu'une hypothèse... Mais elle est jolie et optimiste, n'est ce pas?
  A-J H

 

Page Précédente

Sommaire

Page Suivante